750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour les amateurs de champagnes issus de cépages blancs à jus blanc, et pour tous les autres épicuriens !

Rendez-vous au tas de sable !

Publié le 1 Septembre 2021 par A. VERGUET in Personnalité

La Maison Louis Jardin reprend enfin ses habitudes ! Pour l’événement Extend #3, le site accueille Hypermonde, une installation du collectif AuchKatzStudio. Une rencontre à ne pas rater avec l’univers d’Elsa Belbacha-Lardy et Thomas Thibout. 

L’art contemporain est parfois très physique. Pour preuve, l’installation réalisée par Elsa Belbacha-Lardy et Thomas Thibout (collectif AuchKatzStudio ) qui a nécessité environ huit tonnes de sable.
Le duo AKS présente Hypermonde au sein de la Maison Louis Jardin (Le Mesnil-sur-Oger) du 2 au 13 septembre, avec en point d’orgue une rencontre autours de cette œuvre éphémère le 10 où l’effervescence champenoise sera de mise !

Plongeon dans un univers

AKS regroupe une artiste et un designer. « Dans l’espace d’exposition de la famille Mock, nous avons eu envie de réaliser une installation immersive », explique Elsa. 
« Si nous avions quelques idées précises sur notre concept, il faut avouer que certaines choses se sont décidées sur le tas. Notre but est de créer des mondes, en jouant sur différentes frontières et temporalités, d’où le titre d’Hypermonde. Il s’agit de convoquer l’imaginaire des visiteurs, de manière à ce qu’ils soient acteurs dans la pièce, en spéculant sur les formes. Nous voulons surtout que le public prenne place dans l’œuvre un peu comme un chercheur attiré par des ambigüités de couleurs et de matières. »
Sans dévoiler la nature de l‘installation, outre la présence de sable, il y a également un écran diffusant une vidéo répétitive. « Il s’agit d’un rappel à la réalité (ou pas…) », commente Thomas Thibout. « A l’origine, il s’agit d’un reflet de soleil sur le Rhône, mais l’aspect liquide semble déformé. Nous jouons sur l’importance du précaire qui se renouvèle avec douceur et étrangeté. »
Et le designer de poursuivre : « Il y a des choses à chercher dans notre installation, comme des sculptures ou des objets avec différentes atmosphères lumineuses. A vrai dire, c’est un terrain de jeu que nous offrons au public qui peut imaginer ce qu’il veut. »
En fait, c’est un peu comme une chasse au trésor où l’émotion artistique constitue l’objet de la quête ! 

Complémentarité

Elsa et Thomas sont parfaitement complémentaires. La jeune femme a toujours eu envie d’entreprendre une démarche artistique. Ce qui ne l’a pas empêché de suivre des études en architecture en poursuivant par les Beaux Arts de Reims.
« J’ai une volonté d’expérimenter la matière sous toutes ses formes. Je joue avec les reflets, et je mène une réflexion sur les éléments précaires et évolutifs. Peinture, sculpture, installation me permettent de faire le lien entre différents médias, mais aussi d’évoluer entre solide et liquide, en déambulant entre intérieur et extérieur. »
Quant à Thomas, son parcours est tout d’abord marqué par des études d’Histoire et un goût pour des fouilles archéologiques, notamment l’époque paléolithique. « Cela se marie assez bien avec mon intérêt pour le dessin. Et au fil du temps j’ai moi aussi intégré les Beaux Arts de la cité des sacres avec la volonté d’évoluer en matière de design. J’ai un grand intérêt pour les échelles, une réflexion sur l’espace, car la taille des choses peut faire varier leur fonction. »
Par exemple, Thomas Thibout a pris un jour pour base une oreille modelée afin de la décliner de différentes façons. A taille réduite, l’objet devint une cuillère, à un état intermédiaire ce fut un plateau, et en forçant sur le gigantisme, il imagina une architecture spéculative avec des parcs et des bassins. Les formes organiques l’inspirent beaucoup. Tout comme les choses du monde réel qu’il se plait à transformer. « Grâce à la technologie 3D, on peut modéliser des objets en réalisant une hybridation, en les détournant de leur fonction première. »
Voilà un petit aperçu de leur univers créatif que vous pourrez pleinement découvrir en allant à leur rencontre le 10 septembre au cœur du Mesnil-sur-Oger. Un temps majeur pour cette exposition qui sera accompagnée d’un concert de Roby Marshall (saxo, clarinette, flûte) et de Clément Simon (clavier). 

- Hypermonde par AKS, du 2 au 13 septembre à la Maison Louis Jardin, 3, rue Charpentier-Laurain - Le Mesnil-sur-Oger. Entrée libre le week-end de 14 heures à 18 heures, la semaine sur rendez-vous. Rencontre avec les artistes et concert le 10 septembre à partir de 19 heures.

Commenter cet article